Licenciement pour abandon de poste

Temps de lecture : 2 minutes

L’abandon de poste est une situation courante dans le cadre du travail. Même s’il est une cause de licenciement pour faute, de nombreux salariés n’hésitent pas à quitter leur employeur du jour au lendemain, en abandonnant leur poste de travail. 

L’abandon de poste en CDD n’est pas une cause de licenciement.

Le code du travail prévoit clairement les cas de rupture de contrat de travail CDD avant son terme :

  • faute grave du salarié ou de l’employeur
  • force majeure
  • inaptitude constatée par le médecin du travail
  • le salarié et l’employeur en conviennent à l’amiable (rupture amiable)
  • le salarié est embauché en CDI.

En cas d’abandon de poste en CDD, on ne peut pas parler d’un licenciement. L’employeur peut en revanche proposer une rupture amiable du contrat de travail ou faire une rupture anticipé pour faute grave.

L’abandon de poste en CDI est une cause de licenciement.

Le contrat de travail lie les deux parties, l’employeur et le salarié. Il produit des droits et obligations pour chacune des parties. Ainsi, par exemple, l’employeur a l’obligation de verser une rémunération au salarié. Ce dernier a l’obligation de fournir une prestation de travail durant la période de travail.

Puisque l’abandon de poste est un fait pour un salarié de ne pas se présenter au travail, sans motif légitime, il constitue alors un manquement aux obligations découlant du contrat de travail. Il s’agit alors d’une faute qui peut être sanctionnée par l’employeur. Et la sanction peut aller jusqu’au licenciement pour les salariés titulaires d’un CDI.

C’est un licenciement pour motif personnel pour faute.

L’abandon de poste est-il une faute grave ?

La question n’est pas facile. On ne peut pas affirmer de manière définitive que l’abandon de poste est une faute grave. Tout dépend des circonstances. Il convient d’apprécier la gravité de la faute au cas par cas. 

L’intérêt de la qualification de faute grave est que l’employeur ne doit pas verser une indemnité de licenciement au salarié. D’ailleurs, le préavis de licenciement n’est pas applicable.

Le licenciement pour abandon de poste : allocations-chômage

Dans l’hypothèse où l’abandon de poste conduit à un licenciement pour faute d’un salarié titulaire d’un CDI, la question qui se pose est de savoir si le salarié a droit aux allocations-chômage. 

A priori, un demandeur d’emploi peut prétendre aux indemnités de chômage si la perte d’emploi est involontaire. C’est bien le cas d’un licenciement, quelle que soit la gravité de la faute.

Par conséquent, le salarié faisant abandon de poste peut obtenir des allocations-chômage à condition de remplir toutes les conditions classiques d’attribution.

Si cet article vous a plu, vous est utile, partagez le sur vos réseaux sociaux.